12 juin 2019 14:59

Prix Rotary De L'Apprentissage, Abdulilah Lafrai Remporte Le Concours

Abdulilah LAFRAI remporte le Prix Rotary de l’Apprentissage

Originaire de Kaboul en Afghanistan, Abdulilah est en France depuis 2012. Sa trajectoire a amené l’IPI à proposer sa candidature au Prix de l’Apprentissage organisé par les Rotary Club Albigeois. Ce concours valorise les alternants méritants en fonction de leur projet d’insertion professionnelle, des résultats scolaires en formation par apprentissage, de l’avis du tuteur et de leur situation familiale et maternelle.

Abdulilah, comment s’est effectué votre arrivée en France ?

Les circonstances dans lesquelles se trouvait mon pays m’ont amené à venir en France en 2012. Après avoir été accueilli par un parent, j’ai été logé au foyer d’hébergement d’urgence de Rodez. J’ai commencé à apprendre le français avec le GRETA tout en entamant les démarches pour une demande d’asile en qualité de réfugié politique. En avril 2014, j’ai reçu une réponse positive de la part de l’état français. J’étais trop content. A partir de septembre, j’ai trouvé un emploi en tant que préparateur de commande à l’abattoir de Rodez par intérim. Simultanément, j’ai passé mon permis de conduire.

Pouvez-vous nous en dire plus sur vos projets professionnels et d’études ?

Choix d’études et projet professionnel

Celui-ci s’appuie sur deux évènements qui ont eu lieu dans mon pays d’origine :

- La visite dans un établissement scolaire où j’ai découvert la mécanique et l’usinage en particulier. En dehors de la façon dont on usine, je suis intéressé par la fonction d’une pièce, son mécanisme, les ensembles qu’on peut réaliser.

- La visite de l’aéroport où travaillait mon père. J’ai été fasciné par le monde de l’aéronautique, par la construction des avions, par le simple fait qu’un engin aussi lourd puisse voler, par sa puissance. Mon rêve d’enfant était d’ailleurs d’être pilote de ligne. Lors de cette visite, j’ai très vite repéré le responsable d’un atelier. J’ai de suite été intéressé par son rôle, ses responsabilités.

Le Prix de l'Apprentissage attribué à Abdulilah Lafrai

La reprise d’études

En 2015, malgré les avis négatifs de mon entourage, j’ai décidé de reprendre mes études. Dans le cadre de mon bac, j’avais goûté à la conception et au dessin industriel. J’ai candidaté au Lycée Monteil de Rodez pour le BTS CPI - Conception de Produit Industriel. On y travaille notamment avec des logiciels 3D. J’y ai été accueilli par le proviseur de cette époque, Monsieur Eric Compan qui m’a proposé un poste d’assistant d’éducation au lycée ainsi qu’un logement.

Mes difficultés en français et en maths m’ont amené à redoubler la première année de BTS. Je l’ai obtenu en juillet 2018 tout en travaillant à l’abattoir de Rodez pendant toutes les vacances scolaires.

Pour accéder à un poste de manager, j’ai fait le choix de la formation BAC + 4 Responsable de production et de projets industriels proposé par l’IPI SUP d’Albi. Ce programme est dispensé dans le cadre de l’alternance. Mes difficultés en français, notamment à l’écrit, ne m’ont pas permis d’intégrer une entreprise du secteur aéronautique.

En quelques mots, présentez-nous votre entreprise et les missions que vous mettez en place

L’entreprise RIGHINI

RIGHINI, fabriquant de portes intérieures en bois, située à Tonneins dans le 47 m’a proposé des missions correspondant à la formation. Mon tuteur et le directeur de production de l’entreprise ont accepté de m’accompagner. Grâce à eux, j’ai pu poursuivre mes études en alternance. Ayant des difficultés pour me loger, mon tuteur ainsi qu’un autre collègue m’ont dépanné quelques temps. Ils ont tout fait pour faciliter mon intégration.

Chez RIGHINI, je mène des missions de maintenance préventive. En privilégiant le management participatif, je pilote une équipe composée de 6 opérateurs et d’un chef d’équipe. Il s’agit de diminuer les temps d’arrêt d’une ligne de production. J’anime des réunions au cours desquelles je collecte des informations auprès des opérateurs. Je propose des solutions. Ces missions sont particulièrement intéressantes. Quand je les mène au bout, que je réussis, je me sens bien. J’ai le sentiment d’avoir accompli quelque chose.

L’alternance, contenu et intérêt

L’alternance me permet de découvrir le monde de la production, d’appliquer les enseignements théoriques. On voit de l’intérieur les différentes étapes d’un projet. Les difficultés qu’on rencontre sont constructives. L’alternant a un statut de salarié. On est rémunéré. C’est aussi un choix judicieux d’un point de vue financier. Depuis le mois de février, j’ai pris un appartement à Tonneins.

La formation à l’IPI est dispensée par des professionnels en groupe projet. On mutualise nos compétences. Ça me permet d’être rapidement dans l’opérationnel et de développer mon autonomie et ma confiance en moi.

Son intégration

Depuis le début de l’année, je suis également inscrit sur le programme Voltaire. Il s’agit d’un outil d’accompagnement personnalisé afin de développer mes compétences en Français à l’écrit (grammaire et vocabulaire).

Comment voyez-vous votre avenir professionnel ?

Après le bac + 4, je souhaite poursuivre sur un bac + 5, toujours en alternance, pour acquérir la vision globale de l’entreprise et pouvoir déployer sa stratégie. Mon projet professionnel est de devenir responsable de production. Je veux être celui qui dirige, qui décide, qui avance. Je veux être un leader que son équipe suit. Un chef d’orchestre qui pilote des équipes afin de mener un projet dans le respect des objectifs. Plus exactement, je souhaite devenir responsable de production à l’usine SAINT-ÉLOI d’Airbus de Toulouse. Si j’y arrive, j’aurai accompli une partie de mes rêves. Je bouclerai la boucle. Pour y arriver, je compte sur ma ténacité. Je ne lâche jamais rien. Quand je décide quelque chose, je vais jusqu’au bout. Ce qui me guide, c’est l’espoir.

MiniCV Les projets